39-45 Stratégie > Jeux vidéo > Blitzkrieg > Blitzkrieg 2 > Test 

Le test de Blitzkrieg 2

Par Anywhere91 - Edition du : 25 August 2009 - Créé le : 22 January 2006

 
Le test "39-45" de Blitzkrieg 2
 


Par Master of puppet

La démo de Blitzkrieg en avait laissait plus d’un perplexe et comme tout fan qui se respecte c’est avec l’idée que ce titre était un navet que j’ai inséré le DVD dans mon lecteur, installé le jeu et lancé la campagne USA. Et la, quelle n’a pas été ma surprise…


A travers trois campagnes solo, une avec les Américains du Pacifique aux Ardennes, une russe de Sébastopol à Berlin et une allemande de la campagne de France (Adieu les polonais) aux Ardennes, on découvre des cartes magnifiques, des paysages sublimes, de nouveaux bâtiments (un magnifique Reichstag) et de matériel allant du I-16 à l’Ar-234 Blitz en passant par le Ju-88, le Panzerjaeger I ou encore les vedettes rapides. Malheureusement, tout ces rajouts et suppléments par rapport à Blitzkrieg ne cachent pas le reste, loin s'en faut.




L’interface

Pas de gros changements dans l’interface, vous ne serez pas déboussolé mais il est fort regrettable que les attributions de touches à certaines fonctions aient changées. Je veux dire par là qu’il ne faut plus appuyer sur Q pour attaquer mais sur E ou Z je sais plus, en tout cas on s’y perd. La gestion des renforts est simple d’accès, un petit téléphone à droite de la barre de commande.





Le gameplay

Commençons par le commencement, c’est-à-dire le tutoriel. Comme dans Blitzkrieg nous avons le droit à des mini-missions où l’on apprend les rudiment du jeu, mais ce dernier étant assez intuitif ne nous y attardons pas.


Comme dit au dessus nous avons le droit à 3 campagnes comportant en tout 68 missions (on est loin des 4 campagnes et 120 missions annoncées en premier lieu). Chaque campagne est divisée en chapitre comportant des missions. Jusque là rien de nouveau. Mais fini les missions aléatoires, maintenant nous n’avons plus que des missions historiques dont la majorité a la même rôle que feu les missions aléatoires, c’est-à-dire gagner de l’expérience mais aussi débloquer de nouvelles branches d’armes (chars lourds, bombardiers etc) et améliorer celle déjà existantes (on passera ainsi d’une formation de Ju-88 à une d’Ar-234). Chacune de ces missions dispose de 5 à 7 renforts (on peut appeler 5 à 7 fois des renforts). Tous les renforts non utilisés seront versés dans les renforts totaux, qui eux seront mis à votre disposition lors de la dernière mission qui conclut le chapitre et retrace une bataille majeure (le siège de Sébastopol par exemple).


Une autre nouveauté est l’arrivé d’officiers. Mais je vous le dit tout de suite ne pensez pas avoir une interaction quelconque avait des généraux tels Patton ou Model. A la suite de certaines missions nous débloquons des nouvelles branches d’armé. Mais pour qu’elle gagne de l’expérience il faut y affecter des officiers. Ainsi au bout de tant d’unités détruites l’officier monte en grade et apporte ainsi une nouvelle technique à toutes les unités de sa branche d’armé. Si vous affectez Gottlob Dose à vos chasseurs, lorsque ce dernier montra en grade il permettra à vos chasseurs de voler en pilote automatique c’est-à-dire sous la pluie et la neige.



Nouvelle gestion des unités, maintenant les avions s'écrasent au sol


L’arsenal mis à disposition du joueur est toujours aussi varié (plus de 250 unités), avec l’ajout de nombreuses unités telles l’Ar-234, le SDB Dauntless, le Ju-88, le T-38, le Firefly, le Comet, de nombreuses unités japonaises... Mais d’un autre côté l’arrivé de nouvelles unités marque une espèce d’abandons d’autres. Ainsi vous ne pourrez utiliser les bons vieux Pz 38(t) ou BT-5. Par contre l’arrivé de nouveau matériels redonne un souffle au titre, et du fun surtout avec les chars russes T-28 multi-tourelles.


Côté IA, rien à déplorer, les réactions sont toujours les mêmes. Ainsi, dès que vos troupes sont repérées par les unités ennemis l’artillerie vous tombe dessus. Par contre l’infanterie n’a pas toujours le réflexe d’utiliser ses grenades et il arrive que l’on se batte avec les commandes du jeu pour qu' un sniper n'ouvre le feu et se fasse ainsi repéré.


Côté grosses déceptions, en combat urbain il arrive fréquemment qu’un char tire sur une cible et que l’obus passe à travers un bâtiment sans lui occasioner de dégats. Par ailleurs il n’y a pas de civils, contrairement à Stalingrad. L’infanterie passe à travers les barrières. Et pour finir il n’y a aucune mission ou campagne personel. Il fallait l'oser, Nival est assez confiant en la communauté Blitzkrieg. Enfin la vision des unités les distances de tirs sont quand même assez réduites…


Le soufle autour de l'artillerie en pleine action                    La gestion de l'aviation est superbe, les effets sont superbes


Les graphismes

De la full 3D. C’est là qu’était sensé être l’atout majeur de Blitzkrieg 2, et c’est là qu’est la plus grosse déception. Commençons par le plus déplorable, l’infanterie. Elle est simplement ignoble, moche, rien à voir avec celle de Blitzkrieg. Elle court stupidement, elle est mal modélisée et disparaît après avoir été tuées. Fini les champs de cadavres et c’est bien dommage.


hum, que c’est beau ce vert fluo…


Les unités terrestre quant à elle ne valent pas mieux, il n’y a aucune amélioration avec celle de Blitzkrieg, pour la simple et bonne raisons que ce sont les mêmes. Les camouflages sont toujours aussi peu historiques et ne vous attendez pas à avoir de nombreux détails comme dans des titres tels Panzer ou le futur Officers.


Passons maintenant au points positifs (si si il y en a), avec les terrains et les bâtiments qui sont pour leurs parts très réussis. C’est maintenant un vrai plaisir que les combats urbains, bien que ravageurs. Les arbres s’effondrent faces aux chars et restent au sol. Les explosions quand à elles sont aussi respectables. Lorsqu’un canon ouvre le feu en plus du recul et de la fumée sortant du canon on voit l’onde de choc se répercuter sur le sol et former un cercle de poussière autour de l’arme, ce qui est simplement sublime lorsqu’on zoom. Et là est le dernier point positif, Blitzkrieg se dote enfin d’un zoom.


Un des plus beau moments du jeu que la défense de cette gare de nuit


 

Le multi

Habitué à jouer en multi à des FPS comme Battlefield plutôt qu’à des STR, ce fut la première fois que je me lançais en multi dans Blitzkrieg et là, déception. Passant par l'interface de Nival, l’impression laissée chez un nouveau joueur dans le multi en STR est une impression de bâclé, délaissé, voire abandonné. Il n’y a que 10 cartes et le principe s’apparente à une « capture de drapeau » où il faut capturer des espèces de dépôts pour obtenir plus de renforts. Il aurait été bien de développer d’autres aspects comme dans d’autres titres.


N'hésitez pas à exploiter les angles morts des bunkers


 

Info + :

  • Le site internet officiel
  • le forum dédié sur 39-45Stratégie
  • Le Patch 1.21 (31,8 Mo) sur le site de CDV
  • Le patch 1.3 apportant des modification sur l'Editeur, les unités, l'IA, textures, etc sur le site de CDV
  • (MaJ du 11/03/2006) Le Patch 1.4 (sur le site de CDV) qui modifie certaines missions ainsi que des unités dans ces missions. Une liste des modifications est disponible sur ce lien


Conclusion

Un moteur graphique qui a du potentiel inexploité, un éditeur de carte simple et pratique mais de nombreuses déceptions. Il n’aurait pas été bien difficile de travailler le multi, de créer des missions persos et surtout de garder l’infanterie telle qu’elle était dans Blitzkrieg au lieu de nous mettre des chars mal modelés… Mis à part ces défauts, c’est un bon titre, qui s’ouvre plus au grand public, laissant la communauté Blitzkrieg dévorer des titres comme Mission Kursk qui restent plus dans l’esprit du premier volet.

Qualités

Défauts

Note de 39-45 Stratégie :

 

la nouvelle gestion et le graphisme de l'aviation, l'environnement (les cartes) les combats de nuit, l'encyclopédie, les nombreuses unités et les officiers ainsi que le zoom tant désiré dans la version 1 et la durée de vie du jeu

 

Les unités sont mal modelisées, l'infanterie est horrible a regarder et l'aspect stratégique est beaucoup moins développé que sur Blitzkrieg 1. Pour finir, le multijoueur a visiblement été mal concu


Note : 13,5/20

Intérêt : **

Configuration Minimale

Processeur 1.0 GHz, carte 3D T&L 64 Mo direct X version 9.0 C, 320 Mo de ram, 2,5 Go d'espace libre sur le disque dur, carte son 100% compatible directX 9.0 C, Windows 98/Me/2000/XP, Lecteur DVD et Accés Internet recommandé

 

 

D'autres tests

  • 16/20 sur JeuxVidéosPC
  • 15/20 sur jeuxVidéos.com
  • 8.4/10 sur IGN
  • Mention "Trés Bien" sur Micro Hebdo
  • 15/20 sur le site de JeuxDeGuerre.com