39-45 Stratégie > Jeux vidéo > Jeux de Simulation > Iron Warriors - T72 Tank Command > Test 

Le test : Iron Warriors T-72 Tank Command

Par AlbertMarcel - Edition du : 14 August 2006 - Créé le : 14 July 2006


Iron Warriors T-72 Tank Command : le test


 




 

A plus de 40 Km/h sur ce terrain en légère montée, nos trois T-72 B dégagent une impression de puissance et d'invincibilité. Je suis serein à mon poste de canonnier et doucement mais régulièrement, par un mouvement de droite à gauche, je scrute l'horizon, cherchant de mon puissant canon de 125 mm l'ennemi qui devrait apparaître droit devant. Les nuages de poussière que nous générons sont en partie masqués par le relief, mais bientôt nous voilà tous les trois au bord de la plaine.
Soudain tout devient électrique, Kostia, mon commandant de bord, signale azimut 315 un SU-100. Ce char est un ennemi mortel mais dont la protection est faible. Immédiatement, j'allume le système de conduite de tir et lance le chargement d'un obus perforant. Profitant du délai de chargement, j'augmente au maximum le grossissement de ma lunette de tir, ce qui me permet de voir les détails du char ennemi. Grâce au système laser de portée de cible, je mesure la distance qui nous sépare : 1452 mètres. Le voyant de chargement au vert, j'ouvre le feu. Le coup de départ a fait vibrer tout le char et l'odeur acre de la poudre remplit la tourelle. Je vois nettement une petite boule de feu apparaître sur le char ennemi m'indiquant que mon coup a porté. Le SU-100 tourne sur lui-même et des flammes jaillissent des trappes ouvertes.
Pas le temps de me réjouir : nouvel ennemi signalé azimut 30. Cette fois c'est du sérieux, un T-72 accompagné de deux chasseurs de chars "Shturm-S". Je charge cette fois un missile 9K120 Svir destiné au premier Shturm-S qui est à plus de 2.000 mètres. Ma visée est correcte, le véhicule est au centre de mon viseur, je vais tirer au moment où tout devient gris sombre ... Nous sommes pris dans les fumigènes que Sacha, qui est dans le T-72 juste sur notre droite, vient de tirer pour se dissimuler aux regards ennemis. Pris dans son nuage, je suis aveugle au moment où je pouvais ouvrir le feu ! ...

Bienvenue dans ce simulateur de blindé qu'est Iron Warriors T-72 Tank Command. Pour moins de 30 euros vous disposez d'un DVD qui vous entraînera, en Français, dans cette simulation ultra réaliste du champ de bataille moderne. Ce jeu qui est développé par Crazy House,  est édité par Black Bean et mobilisera 2 Go d'espace sur votre disque dur mais ensuite ne nécessite plus le DVD. C'est Nobilis qui se charge de la distribution française de ce soft sorti à l'étranger sous le nom de T-72 Balkans on Fire.


Le jeu

 

Iron Warriors T-72 tank Command vous replace en 1991 après l'effondrement du bloc de l'Est. La Yougoslavie implose à la mort de son leader Tito et se divise en trois camps : les Serbes, les Croates et les Bosniaques. Vous jouez le rôle d'un militaire russe qui après avoir servi en Afghanistan s'enrôle comme volontaire du côté serbe. Le jeu se compose d'une campagne de 18 missions, toutes du côté serbe et de 7 missions solo réparties dans les différents camps. Vous pouvez conduire 3 chars :
- le T-34-85, héritier de la seconde guerre mondiale et très rustique;
- le T-55A, plus moderne mais dépassé;
- le T-72B qui est ce que vous conduirez de mieux.
Dans cette simulation tous les postes d'équipage sont disponibles, celui du conducteur, du canonnier, du chef de char ainsi que de la mitrailleuse de DCA au gré de votre volonté. Évidement, d'un char à l'autre, l'ergonomie de ces postes changent, ce qui est particulièrement vrai pour le poste de canonnier dont les optiques de tir sont différentes. Il faudra savoir toutes les utiliser puisque les chars vous sont imposés lors des missions (impossible donc de vous spécialiser dans un char).

Avant même de jouer, vous pouvez régler toutes les options du jeu (graphisme, son, vidéo) mais aussi toutes les fonctions de réalisme. Et quand j'écris toutes, c'est toutes :  du carburant aux munitions, à la portée des obus, à leur puissance de pénétration, être invincible, rendre les ennemis très vulnérables, ... (soit plus de 39 réglages). Bref, vous pouvez transformer ce jeu en jeu d'arcade ou en simulateur hardcore ! A vous de choisir. Pour faire ce test, le jeu a été réglé en "réalisme total", sauf pour la durée de réparation des chenilles qui a été descendue de 50 minutes à 1 minute ! Certes, une chenille ne se répare pas en 1 minute, mais 50 minutes à attendre devant son écran, c'est un peu long !

Avant de commencer, il est bon de préciser qu'une lecture du fascicule qui accompagne le DVD et son assimilation sont plus que vitales, ne serait ce que pour démarrer le char. Pour cette simple opération, vous devez actionner le démarreur (touche E) avec une admission des gaz à 50 % (flèche Haut). Au passage, vous apprécierez l'inscription "Made in USSR" du compteur de vitesse ! Quand le moteur est lancé, il faut monter les gaz à 80% (flèche Haut), ce qui évite la surchauffe, passer en première (touche A) et enlever le frein (touche B). Le char parti, vous changez de vitesse (touche A ou Z pour rétrograder) en fonction du compte tour qui est sur votre écran. On est loin du mode arcade où il suffit de garder le doigt appuyé sur une touche pour avancer! Ayez le doigt trop lourd, trop longtemps sur les gaz, la température du moteur atteindra 120 degrés et le char stoppera jusqu'à ce qu'elle redescende. Forcez sur le démarreur (touche E) pour relancer le moteur et sur votre écran le petit voyant de batterie passera au rouge et vous n'aurez plus non plus de jus pour repartir ... D'où l'absolue nécessité de commencer par les missions solo qui constituent autant de tutoriaux et d'entraînements avant la campagne ...


 

Poste du conducteur du T-34

 

Les missions solo sont au nombre de 7. Pour être précis, les deux premières constituent un tutoriel qui vous permettra de vous familiariser pas à pas avec la conduite d'un T-72 et l'utilisation de son poste de tir. Les 5 autres missions vous jettent dans le feu de l'action dans des situations variées d'embuscade, d'escorte, d'attaque ou de liquidation de civils (représentés par des militaires, ce qui est réaliste mais assez peu politiquement correct...). Vous piloterez les 3 types de chars qui sont pour chaque mission imposés. C'est un peu déroutant car après vous être familiarisé avec le T-72, vous vous retrouvez à gérer un T-34-85 qui ne possède qu'une conduite de tir manuelle alors que celle du T-72 est équipée d'un laser ! Cela fait une sacrée différence ! Vous comprenez donc qu'avant de commencer la campagne il est judicieux de jouer à maintes reprises ces missions solo pour vous familiariser à la gestion des 3 types de blindés. Dans ces missions solo vous aurez aussi sous votre commandement des troupes de combat composées d'infanterie, de transport de troupe MTLB ou encore de chars lourds T-72B, mais aussi des véhicules civils comme le camion EuroCargo IVECO.

Le coeur du jeu est bien sûr sa campagne de 18 missions. Vous êtes un volontaire russe engagé dans le camp serbe et vous allez participer à ce conflit qui est une guerre civile où les différents camps disposent de matériel à la fois moderne et hétéroclite. L'atmosphère de ce conflit est d'ailleurs bien rendue, vous faisant traverser des villages abandonnés dont certaines maisons ont été incendiées. Votre avancée dans le jeu se fait au travers d'un journal personnel qui vous donne de maigres renseignements sur la mission à venir, mais qui a surtout pour fonction de récapituler  vos actions passées. Vous pourrez ainsi constater vos résultats de tirs, le nombre de vos victimes, le nombre de chars que vous avez perdus ...

Chaque mission débute par un panneau vous montrant la carte des opérations avec les points remarquables ainsi qu'un briefing court et plus ou moins clair sur les objectifs limités et localisés à accomplir. Durant la mission, des objectifs supplémentaires peuvent venir s'ajouter. Les missions sont très linéaires, s'enchaînant les unes derrière les autres, sans vous permettre de choisir une mission plutôt qu'une autre. Crazy House a créé des missions variées dans un contexte de guerre civile mais sans véritablement de liens entre elles. On n'a donc pas finalement le sentiment de vivre une campagne mais plutôt une succession de missions solo. Vous aurez ainsi à ramener dans vos lignes un T-34-85, à liquider un marchand d'armes, à détruire un quartier général ennemi, à repousser un assaut tout en protégeant votre base, à détruire une position d'artillerie... Au fur et à mesure du déroulement de la campagne, la difficulté augmente ainsi que le nombre de troupes que vous devez commander. Le nombre d'ennemis est variable en fonction des missions, passant de deux canons anti-chars, d'un BRDM-2 et d'une section d'infanterie à plusieurs sections d'infanterie et plusieurs chars lourds dont des T-72.  Dans tous les cas, vous devrez, pour chaque mission, bien étudier la carte pour définir votre trajet en fonction du relief et des dangers potentiels que sont les champs de mines et les possibles positions des canons anti-chars. Vous devrez aussi vous méfier des obstacles passifs, en particulier des blocs de béton si efficaces pour faire décheniller votre blindé et des tétraèdres qui vous stopperont net, provoquant l'arrêt de votre moteur.


 

Tir d'un missile Svir : la fumée dégagée est parfois gênante.

 

Un point important à noter : il n'est pas possible de sauvegarder en cours de jeu. Vous devrez impérativement finir la mission, ce qui vous obligera à rester sur vos gardes jusqu'au bout ! Les missions terminées sont toutes rejouables dans le menu campagne.

Les 18 missions se déroulent sur des cartes assez vastes de plusieurs kilomètres de côtés. Le relief est bien marqué, ce qui constitue parfois une limitation importante de votre ligne de tir. Les conditions météo jouent un rôle très important, allant de belles journées ensoleillées à des journées
exécrables (pluie ou neige). Dans ce cas, vous devrez régulièrement utiliser le nettoyage des optiques (touche G) pour chasser les gouttes d'eau ou les flocons qui s'y sont déposés et qui gênent considérablement la visée. Bien sûr, ces conditions météorologiques influent sur votre vue ou sur la performance de votre système de conduite de tir. Il en va de même avec l'heure de la mission qui, si vous êtes en limite de jour, vous obligera à utiliser votre système de vision nocturne.

.

Le système de vision nocturne s'impose ici.                                 La même vue du poste du canonnier avec la vision nocturne.

 

Dans tous les cas, quelles que soient les pertes de la mission, vous disposerez d'un autre groupe de combat totalement différent. Il n'y a donc pas de points d'expérience acquis pour les unités survivantes d'une mission à l'autre. De toute façon, les ordres que vous pouvez leur donner sont très basiques : indiquer un waypoint et une attitude (attaque, défense, ouverture du feu).

La mission terminée, vous pouvez, en appuyant sur la touche "échap", avoir accès à toutes les statistiques de la mission concernant votre véhicule mais aussi tous ceux qui ont pris par à la mission, amis ou ennemis. En utilisant le petit menu en haut de l'écran, vous pourrez regarder l'état d'un véhicule que vous avez touché et utilisez le pavé numérique pour faire tourner la caméra autour du véhicule pour l'admirer sous tous les angles. A ce sujet, en cliquant dans le menu sur "vecteur", vous obtiendrez les vecteurs des projectiles qui ont atteint le véhicule, par qui ils ont été tirés et leur type :
- rouge pour un obus perforant -sabot-
- jaune pour un obus à charge creuse
- bleu pour un obus à fragmentation
- vert pour les éclats et les balles
Outre l'aspect visuel, ce débriefing est riche en enseignements, puisque c'est là que vous vous rendez compte que le char sur lequel vous avez tiré à plusieurs reprises était percé dès le premier obus, les autres étant tous des overkills. Mais parfois, c'est l'inverse : vous pensiez que le char était mort et c'est là que vous pouvez vous apercevoir qu'il n'était pas percé ...

 

 

Les lignes indiquent les vecteurs des obus reçus.

 

Les unités

 

Iron Warriors T-72 Tank Command vous offre 16 unités finement modélisées que nous allons passer en revue. Comme vous jouez dans un contexte de guerre civile, l'ennemi dispose en gros du même matériel que vous puisque l'arsenal Yougoslave a été réparti entre les belligérants. Avec 16 unités, on reste donc un peu sur sa faim car on retombe rapidement face au même matériel. Cette impression de monotonie est accentuée par la couleur vert sombre de tous les blindés (à de rares exceptions), amis comme ennemis, et le camouflage identique des transports de troupes. Bien sûr, je ne demande pas des camouflages fantaisistes pour que le jeu soit plus clinquant, mais il existe sur le net des photos de T-55, par exemple, ayant pris part au conflit yougoslave, arborant sur leur glacis avant de superbes écussons croates. Ceci est un détail, mais qui corrigé, aurait pu apporter un plus aux véhicules modélisés, donnant au joueur une impression de plus grande diversité.

On peut classer les 16 unités du jeu en 4 catégories : les blindés, les anti-chars, les hélicoptères, les véhicules divers.

Les blindés modélisés sont bien sûr les trois que vous aurez à dompter, le T34-85, le T-55A et le T-72B. Mais il faudra aussi compter avec le M50 Super Sherman, le Léopard 1 A4 et le SU-100.
Le T 34-85 est le char le plus rustique que vous aurez à utiliser car vous devrez vous même estimer la distance qui vous sépare de votre ennemi, pour pouvoir ouvrir le feu avec de bonnes chances de coups au but. Il va sans dire qu'il vous faudra sans doute plusieurs coups pour toucher votre adversaire ! Le canon de 85 mm dont vous disposez est capable de détruire tous les véhicules pas ou peu blindés mais aussi des M50 Super Sherman sans problème. Donc si vous êtes face à un T-34-85 ennemi ne le sous-estimez pas : il pourra détruire ou au moins abîmer gravement votre char quel qu'il soit. Son blindage efficace durant la seconde guerre mondiale ne fera pas le poids contre l'obus de 100 mm d'un T-55A, même explosif. Quand vous devrez faire face à ce char, soyez prudent, car il se déplace rarement seul ...

 

 

T34-85 venant d'ouvrir le feu.

 

Le T-55A est un blindé qui pour le joueur marque une certaine avancée dans la puissance de feu et la précision du tir. Il dispose en effet d'un canon de 100 mm assisté d'un système de conduite de tir qui permet de déterminer la portée de la cible. Ce dispositif permet un précieux gain de temps dans la séquence de tir par rapport au T-34-85. Il est aussi plus résistant aux coups puisque son blindage est presque le double de celui du T-34-85, à l'avant avec 100 contre 47 mm et sur les flancs avec 80 contre 45 mm. Il se montre dans le jeu très coriace. De ce fait, lorsque vous ferez face à des T-55A ennemis, n'hésitez pas à bien vérifier qu'ils soient hors jeu. En cas de doute, tirez de nouveau dessus avec un obus perforant ou à charge creuse ! De plus, c'est un char assez rapide (50 Km/h) disposant de pots fumigènes pour se dissimuler.

 

Pour ce T-55A, la vision de nuit va s'imposer.

 

Le T-72B est le char le plus moderne que vous utiliserez. Il dispose d'un puissant canon de 125 mm, d'une visée laser, d'un système de vision nocturne, de pots fumigènes et surtout d'un armement que les autres n'ont pas : le missile anti-char 9K120 Svir. Ce missile permet au T-72B d'atteindre et de détruire tous les blindés et véhicules, y compris les hélicoptères, sur une distance dépassant les 2.000 mètres ! Vous disposez de 3 de ces missiles et une fois le missile tiré, pour faire mouche, vous devrez garder au centre de votre viseur le blindé ennemi jusqu'à l'impact. Le résultat est souvent sans appel ! Cependant ce missile dégage beaucoup de fumée, ce qui peut gêner votre visée en particulier si votre cible se déplace vite. Du coup, utiliser le 9K120 avec le système de visée nocturne est quasiment impossible, la fumée rendant totalement opaque votre optique ... Inutile de préciser que ce char est le plus mortel que vous allez rencontrer. Le stopper passe par un tir de 9K120 Svir sur la tourelle ou par un ou plusieurs obus perforants.

Le M 50 Super Sherman est un char exclusivement utilisé par vos ennemis. Il est la version améliorée du Sherman de la seconde guerre mondiale avec un canon de 75 mm. Pour expliquer simplement les choses, si vous le voyez le premier, quelque soit votre blindé, il ne devrait pas vous ennuyer longtemps. Par contre, s'il vous engage en premier et qu'il vous touche, vous risquez de devoir recommencer la mission ! C'est donc un ennemi respectable dont les 57 mm de blindage-avant résistent mal même aux obus de 85 mm ou plus, et qui prend feu assez facilement (un obus explosif aide grandement !)

 

Un M50 Super Sherman en position sur un barrage routier.

 

Le Léopard 1 A4 est lui aussi réservé à vos ennemis. C'est un char moderne comparable au T-72B mais qui possède deux faiblesses : sa taille et son calibre. Sa hauteur est de 2.6 mètres contre 2.19 mètres pour le T-72B, ce qui le rend plus facilement repérable. Son canon est de 105 mm là où celui du T-72B est de 125 mm, ce qui vous donne un avantage en terme de puissance. Utilisez ces deux points faibles pour en venir à bout en l'engageant à longue distance car c'est un ennemi très dangereux.

 

Des Léopards 1A4 en embuscade.

 

Enfin le SU-100 qui lui aussi est un héritage modernisé de la seconde guerre mondiale. Premier point : c'est un chasseur de chars dont le canon est sous casemate, son débattement latéral est donc limité. Pour le neutraliser, il suffit simplement qu'il ne puisse plus bouger ! Un obus explosif, s'il ne le détruit pas, lui arrachera certainement une chenille. Le SU-100 ne disposant pas de tourelle il sera immobilisé sans pouvoir orienter son canon vers vous. Il vous suffira de ne pas rester dans son axe de tir et d'engager d'autres cibles plus dangereuses dans l'immédiat. Le danger passé, vous aurez tout le temps de le détruire, son blindage n'étant pas particulièrement résistant ... Deuxième point : ne le méprisez pas ! C'est un char assez bas, qui se dissimule facilement, d'autant plus qu'il n'est pas très large et qu'il possède un canon de 100 mm qui peut sans trop de difficultés sérieusement vous endommager avant de vous renvoyer au menu principal du jeu !

 

Un SU-100 qu'il faudra rapidement stopper.

 

Deuxième catégorie, les anti-chars.
Vous allez faire face à deux canons, le modèle B-11 de 107 mm sans recul et le 2A45M "Sprut-B" de 125 mm. Il est évident que le Sprut-B est un ennemi plus redouble que le B-11 au regard de sa puissance de feu. Dans les deux cas, ces canons sont dangereux : ils sont très bas donc difficiles à repérer, disposent d'une cadence de tir élevée (entre 5 et 8 coups minutes) et peuvent en quelques coups détruire n'importe lequel de vos blindés ! A l'inverse, les servants ne disposent d'aucun blindage et sont donc très vulnérables aux tirs de mitrailleuses et aux obus explosifs. Il faudra les engager de loin ou les surprendre en les écrasant sous vos chenilles ... Pour les engager, il faut les voir. Vous pouvez, même en plein jour, utiliser votre système de vision nocturne qui vous permettra de les repérer facilement puisque les hommes et le matériel contrastent énormément par rapport au milieu naturel ! Une fois localisés, détruisez ces canons à l'obus explosif ou à la mitrailleuse.

Dernière arme anti-char, le 9k113 Shturm-S qui est construit sur la base d'un transport de troupe, mais modifié en chasseur de chars par l'adjonction d'un lance-missile 9P149 tirant des missiles anti-chars 9M114 de 130 mm ayant une portée de 400 à 5.000 mètres.  C'est un véhicule rapide (61 Km/h) et assez bas qui peut se cacher totalement derrière un élément du relief, ne laissant apparaître que son lance-missile pour vous détruire à la vitesse de 400 mètres/seconde ! Dans cette configuration, il est très difficile de l'atteindre ! C'est pour cette raison qu'il est une cible prioritaire à détruire, avant même des chars lourds. S'il se déplace, utilisez un obus perforant qui est très véloce et qui l'atteindra et le stoppera quelle que soit sa vitesse. S'il est à l'arrêt, un obus explosif lui réglera son compte car il est faiblement blindé. Après destruction avec ce type d'obus, il n'est pas rare de voir le Shturm-S couché sur le côté ou retourné par l'effet de souffle de votre projectile. N'oubliez pas que le 9M114 est un missile semi-guidé ce qui implique que le Shturm-S doit vous garder dans son viseur. Si vous êtes engagé par l'un de ces véhicules et que vous voyez le missile partir dans votre direction vous pouvez, soit tirer des fumigènes et vous déplacer pour tromper la visée de votre adversaire, soit si vous êtes prêt, lui décocher un obus perforant, plus rapide que son missile. Le Shturm-S détruit, son missile a de grosses chances de se perdre dans la nature...

 

Un Shturm-S ouvrant le feu est synonyme de mort pour votre blindé.

 

Troisième catégorie, les hélicoptères ou plutôt le seul et unique hélicoptère : le Mi-8 ! Les voilures tournantes sont le parent pauvre du jeu ... C'est un hélicoptère dangereux qui peut disposer de 6 paniers de 32 roquettes S-5 ou de missiles anti-chars 9M17P Skorpion. Une seule solution : détruisez-le rapidement avec un Svir, ce qui n'est pas très difficile, ou avec votre mitrailleuse de DCA.

Dernière catégorie, les autres véhicules. Ils ne représentent aucun danger pour vous. Le transport de troupe MT-LB et le BRDM-2 ne seront un danger que pour les véhicules que vous escortez, ne disposant que d'un armement léger. Le BTM-3 est un engin du génie inoffensif tout comme la Jeep britannique, l'EuroCargo  et le camion citerne KRAZ 265.

Tout cela est bien beau, mais qu'en est-il de l'infanterie ? Elle est effectivement présente dans le jeu et la modélisation des soldats n'est pas sans rappeler "Opération flashpoint". Dans l'ensemble, si elle est de votre côté, utilisez-la pour éclairer le terrain et dégager l'infanterie ennemie ou les canons dissimulés. Elle répond aux mêmes ordres que les blindés mais vous pouvez lui ordonner de monter ou de descendre des véhicules qui vous accompagnent. Si elle essuie des tirs, les soldats se jetteront à terre, tenteront d'éviter les tirs et riposteront dans la mesure du possible. Quel que soit votre char, vous balayerez l'infanterie ennemie à coups de mitrailleuse de tourelle, de mitrailleuse anti-aérienne ou encore d'obus explosifs. Si vous touchez un char ennemi, il peut être intéressant de doubler votre tir par un obus explosif pour liquider l'équipage qui en est descendu et du même coup souffler les troupes qui sont autour ...
Alors l'infanterie n'est qu'une cible inoffensive? Certainement pas! Les pelotons que vous croiserez sont composés de servants RPG. Ce lance-roquette anti-char est une arme mortelle pour vous à 300 mètres de distance ou son projectile peut percer jusqu'à 320 mm de blindage !  Dans chaque peloton, il y a plusieurs servants RPG qui sont difficiles à repérer, contrairement à vous dans votre gros blindé. Si vous ne les abattez pas avant qu'ils ne vous engagent, vous risquez fort de devoir recommencer la mission. Là encore, n'hésitez pas à vous servir du système de vision nocturne pour les repérer avant qu'il ne soit trop tard. Vous pouvez aussi utilisez la carte (F11) qui vous indiquera, s'ils sont visibles, les fantassins ennemis par des triangles orange. Dans tous les cas, l'annonce par le chef de char de la découverte d'un servant RPG vous fera monter rapidement l'adrénaline !

 

Le servant RPG : un ennemi redoutable.

 

Interface du jeu et gameplay

L'interface de Iron Warriors T-72 Tank Command est des plus austère : les panneaux sont efficaces mais au design particulier, avec juste quelques animations sonores quand vous choisissez un menu. Lors de la phase de chargement, comme dans "Opération Flashpoint", vous pouvez regarder une scène du jeu et méditer une phrase d'homme célèbre. De plus, entre chaque changement de panneau, vous avez droit à un écran noir qui précède l'écran demandé, ce qui est un peu surprenant au regard de ce qui se fait aujourd'hui en terme de jeu. Lorsque vous terminez une mission de la campagne, vous devez revenir au "Menu" pour sélectionner de nouveau le menu "Campagne" et vous retrouver devant la liste des missions terminées et le nom de la prochaine, tout cela entrecoupé d'écrans noirs. C'est un peu déroutant la première fois ...

 

Un panneau d'accueil on ne peut plus sobre...

 

Les sauvegardes se font automatiquement à chaque fin de mission et pas en cours de jeu. C'est un plus au niveau du réalisme puisque vous devrez rester en permanence sur vos gardes sans pouvoir enregistrer à chaque évènement "heureux". Car bien sûr, si vous jouez à ce jeu, ce n'est pas pour la qualité graphique de son interface, mais pour le réalisme qu'il vous offre !

Comme vous l'avez compris, ce simulateur vous offre un réalisme à toute épreuve. Conduire l'un des trois chars disponible nécessite un certain entraînement, comme cela a été décrit plus haut. Mais ce réalisme est valable dans tous les domaines du jeu. Pour chaque blindé, vous pouvez diriger 3 postes et la mitrailleuse D.C.A. Lorsque vous dirigez un poste, le reste est pris en charge par l'ordinateur et vous pouvez continuer à donner des ordres simples au travers des chiffres du clavier. Cependant, il est très souhaitable de prendre en charge vous-même certains postes lors de votre mission, à savoir : le conducteur, le canonnier et parfois la mitrailleuse D.C.A. Le poste de chef de char est inutile puisque, des autres postes, vous pouvez continuer à donner des ordres et que l'IA se montre parfois incapable d'accomplir des missions simples comme mitrailler des fantassins à découvert à faible distance de vous ... En résumé, il est préférable de démarrer vous-même le char selon la procédure indiquée plus haut et de le conduire jusqu'à la zone théorique de danger. Là, vous passerez au poste de canonnier (F6) et ordonnerez au char de continuer à avancer (touche 5) pour vous rapprocher de la zone de danger potentiel.

C'est au moment du combat et de l'ouverture du feu que tout le réalisme s'impose avec force. Face au danger vous devrez réagir en canonnier expérimenté et accomplir toutes les actions de combat de manière automatique. Par exemple, vous êtes au poste de canonnier et un ennemi est signalé :

- vous êtes dans un T-34-85, le chef de char vous signale l'ennemi. En fonction de l'ennemi, vous savez déjà quel type d'obus vous allez utiliser. Vous devez régler la portée de la cible. Pour cela, vous orientez votre optique de tir en faisant tourner la tourelle dans la direction de votre ennemi (clic gauche de la souris enfoncé). Grâce à l'échelle de définition de portée de tir, vous mesurez la distance en plaçant le char ennemi sur la ligne du bas (un char fait en gros 2.6 mètres). En regardant la hauteur du char vous lisez la portée sur l'échelle : admettons 1.300 mètres. Là, vous devez rentrer la portée, donc vous allumez le système de conduite de tir (Ctrl+W), puis vous rentrez la portée en faisant remonter la barre de tir sur l'échelle correspondant à l'obus que vous allez utiliser, au niveau 1.300 (touche U pour monter I pour descendre). Il est évident que chaque type d'obus ayant sa balistique propre, vous disposez d'échelles graduées différentes selon les obus (voir l'album dédié à ce sujet). Pour vous aider, vous pouvez utiliser le zoom (touche + du pavé numérique), mais faites attention cependant car le grossissement réduit votre champ de vision ... Ce n'est pas fini : vous devez sélectionner le type d'obus (touche B pour monter et N our descendre) et le charger (touche R). Quand le voyant est allumé, vous pouvez ouvrir le feu en prenant soin de placer le char ennemi au centre du viseur (barre d'espace). Évidement, si le char est en mouvement, vous devez estimer le déplacement grâce à l'échelle de définition du déport latéral, et si le coup tape à côté, vous devez estimer la correction et recommencer la manoeuvre ! La charge de travail étant élevée, la plupart de vos tir se feront à l'arrêt.

- vous êtes dans un T-55A ou un T-72B, votre vie sera plus simple ! Dès la connaissance de la présence d'un char ennemi, vous allumez le système de conduite de tir (touche S) et vous pointez le canon en direction de votre ennemi (clic gauche de la souris enfoncé) et vous utilisez le zoom (touche + du pavé numérique). Vous sélectionnez le type de munition (touche B pour monter et N pour descendre) et vous lancez la procédure de chargement (touche R). Pendant ce temps, vous lancez une mesure de portée (clic droit de la souris) et la distance s'affiche au bas de votre écran (entre 300 et 2.000 mètres). Le voyant de chargement passé au vert, vous pouvez ouvrir le feu. Si votre cible est en mouvement, vous devrez prendre 2 mesures de distance à 5 secondes d'intervalle pour obtenir une distance correcte. Bien sûr, vous devrez connaître quand même la procédure manuelle sur ces blindés car en cas de dommage le système de conduite de tir pourrait être inopérant ... Il est bien sûr plus facile et précis avec ces deux modèles de chars de tirer en roulant qu'avec le T-34-85.

 

Une des conditions de votre survie est votre capacité à agir vite. Les ennemis étant souvent à plusieurs, vous devez déterminer quel est celui qui est le plus menaçant pour vous et savoir quel type d'obus lui envoyer. L'hésitation risque de vous être fatale. Vous constaterez que tirer sur un char en mouvement est loin d'être facile, ce qui est aussi valable pour vous ! Donc entraînez vous à tirer en roulant, à faible vitesse bien sûr, pour vous débarrasser de vos ennemis les plus exposés.
Les fumigènes vous aideront à vous masquer, profitez-en pour changer de position et faire face à votre adversaire. Le relief peut aussi vous aider.
Un T-72B en défilement de tourelle est très difficile à voir et à toucher; par contre, cette position vous permet d'ouvrir le feu sur vos adversaires sans prendre trop de risques.
Vous devrez tenir des positions, alors utilisez les tranchées ou les emplacements de tirs disponibles. Il en va de même avec les bâtiments qui peuvent vous dissimuler aux regards ennemis et vous offrir une protection contre des tirs de riposte.

 


 

Il faut savoir utiliser les bâtiments pour se dissimuler ... ce qui peut coûter cher aux imprudents !

 

Cette volonté de réalisme se retrouve aussi dans les munitions : leur type, leur balistique et leurs effets pyrotechniques. Ainsi l'obus perforant (AC) est celui que vous choisirez pour percer tous les blindés ennemis et plus généralement les véhicules en mouvement (efficace aussi contre le Mi-8). C'est l'obus (sabot) le plus rapide dont vous disposez et qui projettera dans le blindé ennemi une multitude d'éclats à très haute température. A l'impact, il produit une petite boule de feu. L'obus explosif (AC) est destiné aux véhicules peu blindés qu'il incendie immédiatement, il est assez lent, donc à utiliser sur des cibles à l'arrêt ou se déplaçant lentement. Il produit une énorme boule de feu avec de nombreux éclats, cet obus à fragmentation est idéal contre l'infanterie car il détruit tout autour de lui sur un périmètre de 5 à 10 mètres. L'obus à charge creuse (CC) est destiné aux blindés lourds, il est assez lent mais à l'impact, produit une langue de feu qui carbonise instantanément l'intérieur du blindé, dans la mesure où la charge a pu détoner correctement et percer le blindage. Le missile Svir (MG) n'est utilisé que par le T-72B, il en a été question plus haut, il peut détruire tout ce qui est dans le jeu. La mitrailleuse de tourelle (M) ou de DCA (par la touche F8) sera utilisée contre l'infanterie, les véhicules non blindés qu'elle pourra incendier, ou les hélicoptères. Sa portée dépasse les 600 mètres, ce qui n'est pas négligeable puisqu'un servant RPG vous engagera autour des 300 mètres. Dans tous les cas, faites attention au nombre de munitions qui est limité ... Inutile de tripler ou quadrupler les tirs sur un véhicule qui de toute évidence est hors jeu pour se retrouver, quelques instants plus tard, à court d'un type de munition alors que vous en avez besoin ! Une attention particulière doit être portée au nombre de balles de mitrailleuses qui, à 600 coups minute, disparaissent en quelques secondes de feu. Soyez économe et visez juste !

 

Impact d'un obus perforant (AC) sur un SU-100.                                        Impact d'un obus explosif (AP) sur son voisin.

 

Crazy House a porté un soin tout particulier au comportement des véhicules, dans leur déplacement (plus lent en tout terrain) et dans leur comportement face aux projectiles. Vous verrez des chars ennemis rouler à pleine vitesse, ralentir ou s'arrêter, ouvrir le feu et repartir. Ils utilisent aussi judicieusement leurs pots fumigènes, se dissimulant à votre regard. Il n'est pas rare, lorsqu'ils sont trop exposés, de les voir se mettre à couvert. Ils utiliseront contre vous toute la gamme des munitions à leur disposition. Le plus spectaculaire est le comportement des blindés lorsqu'ils sont touchés : s'ils ont déchenillé que d'un côté, le char tournera en rond sur lui même. Vos obus peuvent détruire immédiatement le blindé ou ricocher ou encore n'endommager que certain mécanisme du char ... Une belle boule rouge sur le blindé ennemi ne signifie pas pour autant sa mort, vous n'en serez sûr que lorsqu'il aura pris feu ou lorsque vous verrez l'équipage quitter le char. L'état du blindé peut passer du dégagement de petite fumée à l'incendie violent où l'équipage sort en feu du véhicule ... Sans compter les explosions secondaires des munitions ! Tout ceci renforce le réalisme et l'incertitude du résultat de vos tirs puisque sont pris en compte pour ce résultat, la munition utilisée, l'angle d'arrivée sur le véhicule, son blindage à cet endroit là : on est loin de l'arcade ... Évidemment, tout ceci est valable pour vous. Dans la partie supérieure droite de votre écran, un char est représenté avec des points blancs qui deviennent rouges si vous êtes touché : et là, c'est le début de la galère ! Tout est dommageable ou destructible, vous pouvez donc mourir d'un coup, perdre un membre d'équipage ou certains mécanismes du char peuvent ne plus répondre comme le moteur, la stabilisation de tourelle, le contrôle de tir, soit plus de 7 catégories. Les dommages se font immédiatement sentir sur la gestion de votre blindé. Devoir rentrer de l'autre côté de la carte avec une transmission abîmée, une température du moteur en limite des 120°, c'est rouler à moins de 10 Km/h, avec une tendance du char à tourner sur la droite, pendant plus de 20 minutes : croyez moi, c'est long ! Surtout quand un M50 vous attend à l'arrivée ! Le stress est garanti !

Iron Warriors T-72 Tank Command vous fait évoluer dans un univers où tout est destructible. Vous pouvez écraser tous les objets bas (bancs, murets) et tirer à l'obus explosif sur toutes les maisons et les détruire consciensieusement morceau par morceau. Attention cependant, si vous percutez une maison avec votre char, vous en détruirez une partie mais votre char risque de caler et à force de redémarrage la batterie pourrait se vider.

Il est dommage, face à une telle situation, que l'intelligence artificielle soit parfois limite et que quelques bugs soient présents. Comme il l'a été écrit plus haut, il vaut mieux gérer vous-même certains postes. En combat, gérez le poste de canonnier et donnez des ordres simples au conducteur comme avancer (touche 5) ou stopper (touche 1). Par contre, il avancera tout droit même s'il y a un ravin en face : gardez alors un oeil sur la route pour lui demander de faire un virage gauche ou droite (touche 7 ou 8).

Si vous conduisez le char, vous constaterez que le canonnier a parfois besoin de nettoyer ses lunettes puisqu'il tirera de longues rafales sur un fantassin en zone dégagée pour au final le rater ! Prenez son poste et en 3 balles le fantassin est mort ...
Des fantassins ennemis courent parfois en rond derrière l'un de leur char arrêté sans rien faire : c'est un peu déroutant mais ils arrêtent leur footing dès que vous leur aurez expédié un obus explosif !

Lors de l'escorte d'un convoi, les véhicules se dispersent en attendant mes ordres après le passage d'un gué : très bien. Sauf que l'un des camions s'est écarté au milieu du cours d'eau ! Impossible de le récupérer !

Lorsque vous conduisez le blindé et qu'un ennemi est repéré, vous passez au poste de canonnier (touche F6) et vous constatez que la séquence de tir est déjà commencée. Normalement c'est plutôt un avantage sauf que régulièrement la télémétrie laser ne marche pas, vous êtes dans l'impossibilité d'effectuer une mesure de portée. Du coup, il faut éteindre puis rallumer le système de conduite de tir (touche S) ce qui vous fait perdre un temps précieux et vous met en danger ...

Les indications du chef de bord sont parfois approximatives, tout comme l'indication de coups reçus sur le petit schéma du blindé en haut à droite de votre écran.

La carte tactique (F11) vous donne la position de vos véhicules et de ceux des ennemis que vous voyez. Après l'ouverture du feu sur un T-55A et vérification sur la carte, le blindé est passé de l'orange au noir, donc considéré comme détruit : or ce dernier a continué à tirer sur mon T-72B et malgré la demi-douzaine d'obus de tout type que je lui ai expédiée, c'est lui qui, au final, m'a détruit !

 

Graphisme et éléments sonores

En ce qui concerne les véhicules, il n'y a rien de plus à ajouter, le seul regret étant le manque de variété dans leur camouflage. A la lecture de forums sur Internet, il semblerait que des skins soient en préparation pour changer cela. Les postes de combats auraient pu être en 3D mais comme vous avez toujours le nez rivé sur les optiques ...
Les paysages sont tout à fait crédibles, caractéristiques de ceux de la Yougoslavie. Les villages rencontrés ou les sites industriels sont réalistes et bien construits, avec des alternances de champs ou de prairies en fleurs du plus bel effet. Traversant un village, vous aurez tous les signes de vie (le linge qui sèche, le banc de bois devant la maison) mais personne dans les rues. Certaines maisons ont été incendiées, ce qui rend le climat de guerre civile plus pesant encore. Lors des combats denses, entre les lueurs de coups au but, les incendies, la fumée des missiles et la terre projetée par les explosions, aucun ralentissement n'a été constaté, ni aucun plantage d'ailleurs. Le relief est, sur certaines cartes, très marqué avec des zones boisées parfois très denses dont le feuillage est joliment représenté. Sur le front, les tranchées ou les tétraèdres ainsi que les réseaux de fil de fer barbelé sont bien modélisés. Le graphisme global du jeu est donc très correct, supérieur à un simulateur équivalent comme Steel Beasts, ce qui contribue au plaisir du jeu.

Une belle centrale électrique à reprendre à l'ennemi.

 

 

Dans ce type de jeu, les éléments sonores se résument au bruit de votre blindé et à celui des combats. C'est en effet assez difficile d'entendre les petits oiseaux chanter lorsque l'on est dans un véhicule de 44 tonnes poussé par 840 chevaux sous le capot ... Ceci étant, les sons accentuent l'immersion dans le jeu car ils sont de bonne qualité et correspondent bien à ce que l'on attend (être sourd après un tir de 125 mm !).
En toile de fond, vous disposez d'une petite musique générique, dont le volume est paramétrable, donc réglée au minimum ...
Le côté très positif de l'ambiance sonore est la voix du chef de char qui vous parle en Russe bien-sûr ! Il vous donnera des indications, des ordres, fera des commentaires lors de vos tirs, vous demandera d'arrêter de conduire le blindé comme un gros tout-terrain et jurera comme un charretier lorsque le char sera touché. La traduction apparaît sur le côté gauche de votre écran mais ceci contribue grandement à votre immersion.


En conclusion, des graphismes et des effets sonores de qualité.

 

Autour du jeu

D'après le manuel, le jeu est jouable en réseau local pour les trois chars et les trois postes sont disponibles. Le nombre de joueurs ne serait limité que par le nombre de postes disponibles dans les chars de la mission.
De même un constructeur de mission est livré avec le jeu, ce qui a permis à certains passionnés de rendre déjà ces missions disponibles sur le net.

2 packs de missions et quelques modifications sont disponibles sur Battlefront.com

 

Voir l'album dédié

C'est ICI.

 

Conclusion

Iron Warriors T-72 Tank Command est, pour moins de 30 euros, une simulation de bonne qualité, très loin d'un petit jeu bâclé, qui vous permet de diriger trois chars mythiques du XXème siècle. Il vous faudra des heures de jeu pour prendre en main correctement les blindés mis à votre disposition et pour terminer la campagne. Le point négatif reste le manque de profondeur de cette campagne qui ressemble trop à une série de missions solo et sa durée de vie ne se prolongera que grâce à des missions construites par des passionnés sur le net.

Qualité

Défaut

Note de 39-45strategie

Simulation réaliste dans un contexte original qui permet de conduire trois chars mythiques de l'ancien bloc de l'Est.

Jeu difficile à prendre en main qui connaît quelques défauts ou manques qui auraient pu être évités

Note : 15/20

Intérêt : ****

Configuration requise

 

Windows /2000/XP ou mieux XP Sp1, DirectX 9.0C, Processeur 1 Ghz ou mieux 2.8 Ghz, 256 Mo de RAM ou mieux 512 Mo, Carte vidéo GeForce 2/4 Mx, Radeon, 7500 ou mieux GeForce FX 5600, Radeon 9600XT, 2Go d'espace disque