39-45 Stratégie > Jeux vidéo > Jeux de Simulation > T34 vs Tiger > Test 

T-34 vs Tiger : le test

Par AlbertMarcel - Edition du : 23 November 2009 - Créé le : 23 November 2009

T-34 vs Tiger : le test

 

 

Je suis le prédateur suprême, un félin lâché au milieu des brebis : je tue parmi elles qui je veux. Tapi dans la petite dépression en forme de cuvette, le moteur au ralenti, j’attends dans mon Tigre l’arrivée de l’avant-garde blindée ennemie. En défilement de tourelle mon char de 55 tonnes est presque invisible, son tube pointé face à la route, la visée réglée sur 600 mètres, une Panzergranate 39-1 chargée. Tout est calme, à ma droite un Stug III en position attend aussi, à ma gauche une isba contribue à me dissimuler.

Ils arrivent. Un, deux, trois T-34/76, proies faciles et inconscientes du danger qui les attend, avancent en colonne sur la route.

Le moment venu  j’ouvre le feu sur le premier T-34. Mon obus le touche à la base de la tourelle et sous l’explosion cette dernière est projetée à plusieurs mètres de hauteur. Les deux autres T-34 ont stoppé net : grossière erreur !

Mon canon KWK36L/56 tonne une seconde fois, l’obus touche le deuxième char ennemi qui tentait de manœuvrer : il est stoppé, la chenille droite arrachée. Un coup du Stug III lui règle son compte. Le troisième T-34 entame une rapide marche arrière alors qu’un SU-85 apparaît.

Pour lui ce sera une Panzergranate HL pour obtenir une mise à mort rapide. Distance 500 mètres, le réticule posé entre le mantelet et la trappe du conducteur : il va mourir aussi.

Soudain un choc aussi sourd que violent venant de la droite fait caler le moteur de mon Tigre. Je cherche fébrilement l’origine du coup et je découvre avec stupeur 2 T-34/85 à moins de 400 mètres sur mon flanc droit…

 

Voici un aperçu de ce qui vous attend pour 35 euros avec T-34 vs Tiger. Ce simulateur de char est développé par G5 Software et distribué par Lighthouse-Interactive dont la sortie prévue en juillet 2008 avait été repoussée au 24 octobre. En ce qui concerne la version française elle est distribuée par Anuman au prix de 45 euros...

 

 

 

Le jeu

 

Ce simulateur est contenu sur un DVD qui, une fois installé, nécessitera pas moins de 2 Go de place mais avec le bonheur de ne plus avoir à mettre le disque ensuite ! La boite prendra donc gentiment sa place dans le bureau pour laisser tranquille le lecteur DVD. Le jeu s’est installé sans difficulté sous Windows XP, mais il est aussi prévu pour tourner sous Vista.

Le seul point critiquable fut, lors de l’installation, la nécessité de rentrer le code d’activation noté sur une étiquette collée dans le boîtier du DVD. Mesure de sécurité connue, sauf que le code est écrit si petit qu’il a fallu le scanner pour ensuite en grossir l’image pour éviter la confusion entre les lettres (N et M par exemple…) Mais hormis ce détail qui, une fois le jeu installé, prête à sourire, tout est correct.

 

T-34 vs Tiger vous plonge durant l’opération Bagration qui s’est déroulée du 22 juin au 19 août 1944. Cette offensive soviétique avait pour but de libérer la Biélorussie de la présence des troupes nazies. Face au rouleau compresseur soviétique Hitler refusa d’autoriser le repli de ses troupes ce qui eut pour résultat l’anéantissement de son Groupe d’Armée Centre. L’opération Bagration est sans doute l’une des offensives soviétiques les plus réussies de la guerre et T-34 vs Tiger vous permet d’y participer.

 

 

 

Voici le T-34/85 et le Tigre I que vous aurez à dompter.

  

En effet ce simulateur vous permet de diriger deux des chars les plus emblématiques des combats sur le front de l’Est, le Tigre I allemand et le T-34/85 soviétique. Vous pouvez occuper les postes de conducteur, tireur et celui du chef de char. Chaque poste a son apparence et ses fonctionnalités propres et possède différentes vues : de l’intérieur, le buste hors du blindé, l’utilisation de jumelles, d’optiques de tir ou les vues trappes ouvertes (légèrement déconseillées en présence de l’ennemi…). Bien sûr le Tigre et le T-34/85 ont leurs postes de combats fidèlement modélisés et donc différents l’un de l’autre, du coup il faudra vous adapter aux optiques de tirs des deux chars radicalement différentes l’une de l’autre.

 

Les postes non occupés peuvent être mis en automatique ce qui vous évitera bien des mauvaises surprises et vous permettra de vous concentrer sur votre tâche :

  

-  en tant que conducteur vous devez déplacer le char, le démarrer, gérer le nombre de tours minute pour éviter les surchauffes qui endommageront irrémédiablement le moteur, le passage des vitesses et le déplacement du blindé vers son objectif en utilisant au maximum le terrain. 

 

 

 

Le poste de conducteur du T-34/85 et du Tigre I

 - en tant que tireur vous devez orienter le canon vers la cible, régler l’optique de tir à la bonne distance (expliqué en détail dans le manuel) et utiliser l’obus adéquat pour la détruire. A ce poste, il est aussi possible d’utiliser la mitrailleuse coaxiale du blindé.

 

  

Le poste du tireur du T-34/85 et du Tigre I

 

 

- en tant que chef de char vous devez observer le terrain, repérer les ennemis, estimer les cibles les plus menaçantes et les faire acquérir par le tireur non sans lui donner la distance qui vous en sépare.

 

  

Le poste du chef de char du T-34/85 et celui du Tigre I.

 

Passer d’un poste à l’autre se fait très facilement en une touche de clavier (ne pas oublier de remettre le poste en automatique ensuite). Chaque commande est d’ailleurs paramétrable via le menu. Des vues externes du blindé sont mêmes disponibles ce qui vous permet d’admirer votre char, de mieux appréhender la route à suivre ou encore de localiser les tirs ennemis : à éviter si vous recherchez du réalisme…

 

A propos de réalisme, dans le menu principal, il est possible de le configurer au travers de 5 options qui en fonction de vos réglages feront de T-34 vs Tiger un simulateur réaliste ou un jeu d’arcade (immortalité et munitions illimitées) : il y en a donc pour tous les goûts ! A ce sujet, et pour en finir sur ce point, sachez que votre char subira des dommages spécifiques en fonction de l’endroit où il aura été touché. Il vous faudra donc composer avec une chenille endommagée ou détruite (et donc votre char immobilisé), un moteur qui cale ou encore un membre d’équipage tué. En fin de bataille vous pourrez même admirer les impacts d’obus sur votre blindé le transformant ainsi en vieux guerrier.

 

 

 

Les choses sérieuses commencent...il faut choisir son camp !

 

 

T-34 vs Tiger vous offre deux campagnes solo, l’une allemande et l’autre soviétique, composée chacune de 6 missions. Au commencement d’une campagne, une seule mission est jouable et sa réussite permet de débloquer les suivantes. Si la première mission peut paraître trop simple, il n’en sera pas de même avec les autres. Au fur et à mesure de l’avancée dans la campagne la difficulté ira crescendo tout comme le nombre des unités présentes (amies et ennemies) ainsi que leur dangerosité et leur pugnacité.

En ce qui concerne votre groupe de combat, il est nouveau à chaque mission : il n’y a donc pas de montée en grade ou de gain d’expérience à acquérir. De plus vous ne pouvez modifier sa composition ce qui limite la diversité des actions possibles si vous souhaitez la recommencer.

Chaque mission débute par un panneau vous offrant une carte des opérations assez claire, un long briefing et sous la carte le résumé succinct et donc clair des objectifs.

Les objectifs de mission sont variés et traditionnels : vous devrez ainsi participer à des patrouilles le long d’une route, des attaques de villages fortifiés, à la résistance contre un assaut, à des contre-attaques, à des escortes de convoi ou encore des combats d’opportunité.

Toutes ces missions sont réalisées sur des cartes de plusieurs kilomètres carrés. Pour certaines le script assez serré mais il vous laisse tout de même une certaine liberté de manœuvre. Il est regrettable cependant de ne pouvoir donner des ordres aux véhicules qui vous accompagnent ce qui entrave les choix tactiques à mettre en place pour accomplir les objectifs d’une mission.

A la fin de la mission un panneau résume les objectifs accomplis ou non et donne vos résultats (efficacité, véhicules détruits…)

En bref les missions des deux campagnes solo sont diversifiées et plaisantes, le seul reproche que l’on peut faire est leur nombre. En effet 12 missions c’est peu, aussi belles et immersives soient-elles, et la durée de vie de T-34 vs Tiger semble du coup assez limitée…

 

Le mode multi joueur est présent à la fois en LAN et via Internet. Il est prévu pour permettre jusqu’à 16 joueurs de s’affronter en deux modes : escarmouche ou équipes (les bleus contre les rouges…original…) avec la possibilité de choisir son char et son numéro. Il semble évident que c’est la fonction multi joueur qui devrait permettre une durée de vie conséquente du soft (une fois les bugs apparus résolus) car T-34 vs Tiger est le seul simulateur de char de la deuxième guerre mondiale digne de ce nom. De plus conduire au feu un Tigre ou un T-34/85 ne peut laisser indifférent un amateur de char de cette période.

 

Ce simulateur vous donne donc la possibilité d’utiliser deux chars réputés pour leur puissance, mais respecter quelques principes simples vous évitera d’être transformé en chaleur et lumière au premier engagement.

 

Le T-34/85

 

 

 

Le T-34-85 est le char le plus dangereux de l'Armée Rouge à cette période.

 

 Fidèlement modélisé, votre T-34/85 est camouflé en vert standard. C’est un blindé robuste et en 1944 des plus dangereux pour les blindés allemands. Cependant il faut prendre en considérations la mobilité, le blindage et la puissance de feu.

 

Le T-34/85 est un char rapide, 30 km/h, enfin au regard de son rival le Tigre qui fonce au maximum à 20 km/h en tout terrain ! Vous devrez donc utiliser cette vitesse à votre avantage, en marche avant en vous déplaçant d’une position à couvert à une autre ou en marche arrière pour revenir à une position plus sûre. Attention cependant, son moteur n’aime pas les surchauffes, il faudra éviter le nombre de tours/minute élevé. Si le conducteur signale une surchauffe du moteur il faudra diminuer en urgence le nombre de tours voire au pire stopper le moteur. Il est évident que griller un moteur en plein combat (ce qui m’est arrivé…) est très gênant et vous transforme en cible de foire. La vitesse de déplacement du T-34 est un atout à la fois contre celle de son principal rival le Tigre, mais aussi contre la lenteur de sa rotation de tourelle. En combat rapproché (moins de 200 mètres) vous pouvez déborder un Tigre par un côté pour le frapper de flanc car la rotation de sa tourelle est plus lente que votre déplacement (montée d’adrénaline garantie !) Vous devrez faire attention de ne pas passer les vitesses trop vite ce qui ferait caler immédiatement le moteur et vous obligerait à redescendre les vitesses pour repasser au point mort et redémarrer le char.

 

Il faut aussi prendre en considération le blindage de votre char pour survivre. Sur ce point il faut faire la différence entre la tourelle et la caisse. La tourelle « Sormovo » du T-34/85 est capable d’encaisser ou dévier les obus anti-char de vos ennemis mais il ne faut quand même pas en abuser.

Par contre la caisse est son point faible, même de face elle digère très mal les coups provenant d’anti-chars ou de blindés ce qui a pour conséquence la mort de votre conducteur. Dans ce cas vous vous retrouvez dans un blindé immobile et suivant le lieu où vous êtes (derrière un élément du relief par exemple), vous êtes mort dans les minutes qui suivent ou contraint à appuyer sur la touche « Echap » pour recommencer la mission ! Il est inutile de préciser qu’il faut toujours être face à l’ennemi sans quoi vous perdrez rapidement une chenille ou le moteur…

 

La puissance de feu du T-34/85 est composée du canon de 85 mm  Zis-S-53 qui est à l’origine une arme antiaérienne. Ce canon est puissant et peut venir à bout du blindage d’un Tigre (heureusement…) Vous êtes donc paré pour affronter vos ennemis quasiment à arme égale avec le 88 mm du Tigre, mais encore faut-il utiliser la bonne munition.

 

La dotation du T-34/85 est de 80 obus.

 

Les 30 BR 365 sont des obus perforants donc destinés à percer les blindés ennemis que vous allez croiser comme les Panzer IV Ausf F2 et les Stug III soit des chars moyens. Vous pouvez aussi les utiliser contre les transports de troupes blindés comme les SdKfz 251. Cet obus possède des qualités (vitesse initiale et perforation) très moyennes qui le rendent inapte à la destruction des Tigre, au moins en dehors du combat rapproché (moins de 400 mètres)…

 

 

Ce Pz IV vient de recevoir un BR 365 : le résultat parle de lui-même !

 

 

Les 5 BR 365P sont des obus sous calibrés à grande vitesse initiale, ils représentent vos obus anti-Tigre mais vous n’en avez que 5 ! Il faut donc les réserver exclusivement aux Tigre et ne pas les gaspiller. Si vous vous retrouvez face à un Tigre il faut absolument sélectionner ce type d’obus et viser la tourelle du char. L’obus est capable de la perforer et dans ce cas, même si le char n’est pas détruit, il y a gros à parier que le canonnier ennemi sera mort ce qui vous laissera le temps de doubler votre tir. Il est en effet inutile de viser la caisse pour immobiliser le Tigre si sa tourelle est encore active et peut vous allumer avec son 88 mm !

 

 

La petite flamme sèche du BR 365 P indique un coup au but sur ce Tigre.

Les 45 O365 sont des obus explosifs. Ils sont donc destinés aux cibles molles comme les camions, l’infanterie surtout les canons anti-chars. Leur puissance d’explosion réduira en cendres les canons et leurs servants et pourra même venir à bout sans difficulté d’un SdKfz 251. Dans T-34 vs Tiger ils seront aussi utilisés contre les positions fortifiées (bunker de campagne) et pour détruire les isbas si nécessaire.

 

 

Ce SdKfz 251 n'a pas résisté à un O 365.

 

Quant à la mitrailleuse coaxiale elle servira à éliminer l’infanterie ou les camions.

 

En conclusion le T-34/85 que vous allez diriger est un char rapide et puissant mais qui ne peut résister aux coups du 88 mm d’un Tigre. Il faudra donc jouer en finesse, utiliser la rapidité pour vous déplacer, stopper, tirer et repartir aussi rapidement. Vous devrez utiliser le terrain pour vous dissimuler et vous mettre en défilement de tourelle, ne laissant apparent que votre canon ou encore vous cacher en partie derrière une isba. Dans la mesure du possible il faudra engager un Tigre à 600 mètres maximum pour avoir toutes les chances de le détruire rapidement car au-delà c’est lui qui aura le dessus. A noter que 600 mètres est la distance moyenne des engagements du jeu, il est donc utile dès le début de la mission de passer au poste du canonnier et de régler sur cette distance l’optique TSH-15.

 

Le Tigre I

 

Avec le Tigre I, la puissance n'est pas qu'une impression !

 

 

 

Il arbore un camouflage 3 tons caractéristique de la période. Toutes les parois verticales sont couvertes de Zimmerite, une pâte appliquée jusqu’en septembre 1944 qui empêche la pose de mines magnétiques. La modélisation et l’apparence du char sont superbes et les insignes appliqués montrent qu’ils appartiennent au Panzer Abteilung 505. Même si ce char mythique respire la puissance il n’est pas invincible et il faut, pour lui aussi, tenir compte des trois facteurs : mobilité, blindage, armement.

 

Le Tigre est un char lourd au sens propre, il fait 55 tonnes et en le conduisant vous allez vite comprendre que son poids a une influence sur sa vitesse. Pouvant monter jusqu’à 20 m/h en tout-terrain, c’est plutôt entre 10 et 15 km/h que vous allez aller au combat…Du coup vous aurez tout le temps d’apprendre à passer les vitesses sans rien casser, à éviter les surchauffes et à attaquer les montées en jouant sur les rapports sans trop perdre de tours ! Il est donc inutile de compter sur sa rapidité.

 

Le blindage est le point fort du Tigre (110 mm au maximum), il vous assure une bonne protection contre les coups mais il est loin de vous rendre immortel. Avec un Tigre il faut aussi appliquer l’adage de rester face à l’ennemi puisque c’est là que le blindage est le plus important. Dans T-34 vs Tiger la tourelle est aussi résistante que la caisse (de face). Il y va cependant de votre survie lorsque vous êtes touché d’identifier la menace et de la détruire le plus vite possible sans quoi vous devrez replier sur une position plus sûre. Les T-34/85 et SU-85 sont vos ennemis directs et mortels. Les autres menaces comme les T-34/76 ou canons anti-char Zis-3 peuvent facilement vous ralentir ou vous immobiliser en vous touchant une chenille : dans ce cas votre blindage ne vous servira qu’à retarder une fin inéluctable. N’oubliez pas que plus la distance de combat est courte, plus les coups de 85 mm peuvent être mortels dès le premier impact sur votre char. Vous pouvez donc avoir confiance dans la carapace de votre char mais il faudra tout de même tout faire pour éviter les coups.

 

Le Tigre est équipé du canon KWK36L/56 de 88 mm dont les qualités ne sont plus à vanter. Ce tube et ses munitions font de votre char un prédateur mortel pour tous les véhicules russes du jeu à de longues distances. Le seul problème est que la distance moyenne d’engagement dans T-34 vs Tiger tourne autour des 600 mètres ce qui supprime votre avantage. Là encore il faut adapter votre munition à la cible à traiter.

 

La dotation de votre Tigre est de 92 obus.

 

Les 61 Panzergranate 39-1 sont des obus perforants destinés à traiter tous les chars soviétiques que vous pouvez rencontrer dans le jeu. Il est capable de percer tous les blindages y compris de face cependant n’hésitez pas à doubler le tir sur la cible en cas de doute. Dans T-34 vs Tiger il semblerait que ses performances soient en dessous de la réalité et vous aurez de multiples occasions de constater qu’il faut en tirer deux au minimum pour détruire un T-34/76. C’est surprenant au regard des récits des équipages de Tigre de la Seconde Guerre Mondiale qui ont aligné avec ces obus des palmarès impressionnants. Peu importe, la résistance de votre char vous permettra de doubler voir tripler le tir sur le même char en toute sécurité. Ces obus font aussi évidemment l’affaire contre les cibles légèrement blindées comme les Half-Track M3A1 ne leur laissant, par contre, aucune chance.

 

 

 

Une seule PzGr 39-1 suffira pour ce T-34/76

 

 

Les 8 Panzergranate HL sont des obus au tungstène capables de percer tous les blindages. Vous n’en possédez que 8, ils sont chers à produire donc rares, mais d’une efficacité redoutable ! Là encore il faut les réserver aux chars qui sont les plus dangereux, essentiellement T-34/85 ou SU-85. Pour le SU-85 il faudra un tir de face quand au T-34/85 un tir sur la tourelle suffira à le neutraliser. Ce sont des projectiles performants, à ne pas gaspiller, mais au regard des performances de la Panzergranate 39-1 ils n’ont pas une importance aussi grande que les BR 365P pour le T-34/85. Si votre stock tombe à zéro, vous pourrez détruire un T-34/85 avec une ou deux Panzergranate 39-1 sans réelles difficultés.

 

Ce Su-85 mis à mort avec une PzGr HL est un ennemi coriace.

   

Les 23 Sprengranate L-4.5 sont des obus explosifs qui serviront à détruire les bunkers de campagne, les canons anti-chars, les camions Zis-5 et bien sur l’infanterie. Ils sont aussi efficaces contre les Half Track M3A1 allant même jusqu’à les retourner !

 

Ce Zis-3 est pulvérisé en une SprGr L-4.5, y compris ses servants...

 

 Comme pour le T-34/85, la mitrailleuse coaxiale sera utilisée contre l’infanterie ou les camions mais pourra aussi faire baisser la tête à des servants de Zis-3 en attendant le chargement d’une Sprengranate L-4.5.

 

En conclusion, le Tigre est bien le roi du champ de bataille avec un blindage plus que conséquent et un canon très puissant. Vous êtes apte à démolir tous les blindés du jeu tout en recevant des coups qui auraient détruits n’importe quel autre char. Cependant il est lent et peut être immobilisé comme n’importe quel autre véhicule. La rotation de sa tourelle est aussi très lente ce qui est un handicap en combat rapproché contre des T-34/85 bien plus rapides. En résumé même avec un mastodonte aussi puissant vous devrez être prudent et ne pas vous lancer bille en tête contre une position regroupant plusieurs Zis-3 et leur redoutable canon de 76.2 mm. Dans ce cas le nombre de coups reçus immobiliserait et détruirait votre char avec une rapidité surprenante. L’idéal est d’engager une cible à la fois, de ne pas se laisser déborder et de traiter les cibles par ordre de priorité (les T-34/85 en premier).

 

Les autres unités du jeu.

 

 

Côté soviétique l’intelligence artificielle gère en plus des T-34/85 des T-34/76. Ces derniers ne représentent une menace de mort qu’à courte distance, mais ils peuvent endommager votre Tigre, vous immobiliser (coups dans le train de roulement ou le moteur) et vous détruire par la multiplicité des coups portés. Ils ont une résistance parfois surprenante à vos obus de 88 mm, mieux vaut donc ne pas les laisser approcher.

 

 

 

 

Les SU-85 sont des automoteurs disposant du même canon que le T-34/85. Ils sont donc très dangereux mais disposent d’une faiblesse : l’absence de tourelle. Une fois immobilisés, ils sont inoffensifs  (si vous ne restez pas face à eux …) et il suffit de les déborder pour les tirer de flanc et les détruire. Attention à leur blindage incliné de face qui leur confère une bonne protection.

 

 

 

 

Les Half Track M3A1. Ce sont des transports de troupes américains livrés à l’URSS par le programme Lend-Lease. Ils sont blindés et équipés d’une mitrailleuse de 12.7mm qui ne pourra rien vous faire. Par contre ces véhicules pourront s’en prendre à votre infanterie ou aux servants de vos anti-chars. Ils sont des cibles faciles à éliminer. 

 

 

 

 

Le Zis-5 est la bonne à tout faire de l’Armée Rouge. C’est un camion robuste mais qui ne représente aucune menace. C’est aussi une proie facile.

 

 

 

 

Le Zis-3 est un canon anti-char de 76.2 mm. Il est dangereux car son canon peut vous endommager et vous détruire, d’autant plus qu’il est difficile à repérer et toujours camouflé derrière de la végétation ou en partie masqué derrière une maison. En cas de doute sur sa présence il vous faudra scruter avec attention le paysage ; par contre il est facile à repérer lorsqu’il ouvre le feu… mais cela peut-être trop tard !

 

 

 

L’IL-2 Sturmovik est un appareil d’attaque au sol dont la réputation n’est plus à faire. Sa présence dans le jeu renforce l’immersion dans T-34 vs Tiger soit en vous rassurant, si vous êtes en T-34/85, soit en vous inquiétant si vous êtes en Tigre. En fait cet appareil n’est là que pour l’ambiance et son action sur les combats est nulle.

 

L’infanterie est bien modélisée, elle n’est là que pour le décor et ne représente aucune menace.

 

 

Côté allemand on retrouve le Panzer IV Ausf 2. C’est le char standard de la Panzerwaffe avec un puissant canon de 75 mm. Lui régler son compte avec un BR 365 dans la tourelle ne posera pas de problème, mais il est dangereux à courte distance.

 

 

 

 

Le Stug III est un automoteur qui a les mêmes qualité et défauts que le SU-85. Il est dangereux mais une fois immobilisé il ne posera plus de problèmes. Par contre il est assez difficile de le percer de face et il est assez petit, donc le repérer n’est pas évident. Il est une menace à ne pas négliger.

 

 

 

 

Le SdKfz 251 est un transport de troupes semi-chenillé blindé. Il est comme le Half Track redoutable contre l’infanterie mais sera détruit sans aucune difficulté.

 

 

 

L’Opel Blitz est la mule de la Werhmarcht, une cible qui ne représente aucune menace et qui est vite rayée de la carte.

 

 

 

 

Le Pak 40 et son canon de 75 mm est un danger mortel pour un T-34/85, il est puissant et difficile à repérer car toujours dissimulé. C’est une cible qu’il faudra éliminer en priorité.

 

 

 

Le FW-190 est lui aussi présent, mais comme pour l’IL-2, il ne joue qu’un rôle de figurant.

 

 

En résumé toutes les unités que vous allez croiser sont finement modélisées. Cependant si vous faites le compte elles ne sont que 13, ce qui est assez pauvre au regard de la diversité des matériels employés à cette période dans l’opération Bagration. Côté soviétique on aurait pu croiser des blindés d’origine américaine issus du programme Lend-Lease. Quant au côté allemand, des Panzer IV Ausf H ou des Panther auraient été les bienvenus.

 

Interface et gameplay

 

T-34 vs Tiger se prend en mains en quelques minutes. Les commandes sont claires et simples. L’interface est pratique et vous permet, quelque soit le poste que vous occupez, de connaître la position de la tourelle par rapport à la caisse, la localisation des dommages subis, la vitesse utilisée, la vitesse de déplacement, les tours minute, le panneau des obus avec leur quantité, celui qui est sélectionné ainsi que les munitions de la mitrailleuse et enfin une carte représentant les routes et les zones boisées avec les objectifs et les unités amies et ennemies.

Pour plus de réalisme vous pouvez faire disparaître certains de ces écrans ou dans le panneau d’accueil décocher l’option permettant d’afficher les unités sur la carte.

Comme il l’a été dit précédemment, changer de poste ou de vue s’effectue en une touche, ce qui contribue à la facilité de prise en mains.

 

Il est à noter que le manuel est très clair (pour ce test, il est en anglais) mais que des lacunes sont tout de même lourdement présentes. Si l’utilisation des optiques est expliquée, rien n’est dit sur le type d’obus à utiliser. De plus, il n’y a aucun descriptif des unités, de leurs caractéristiques et de la menace représentée.

L’intelligence artificielle est correcte. Les véhicules se déplacent sans aberration, il n’y a pas de collision ni de chars restant bêtement coincés face à une maison. Si vous détruisez le véhicule de tête d’une colonne, les autres le déborderont, passant par des espaces boisés si nécessaire pour vous engager.

Réglée au maximum, l’IA tire juste mais ne met pas dans le mile à chaque fois, ce qui contribue aussi au réalisme. Les chars ouvrent le feu dès qu’ils le peuvent et ne se démasquent pas entièrement, ce qui accentue votre difficulté à les détruire. De plus ils peuvent en cas de danger faire marche arrière pour se dissimuler derrière un élément du relief ou une maison et réapparaître pour vous engager à nouveau.

  

Ce T-34/85 en embuscade n'attend que votre passage !

 

Par contre, si vous êtes en partie dissimulé, vous pourrez engager un char sans aucune réaction de sa part : vos obus tombant à côté ou le touchant sans qu’il ne bouge ! Les anti-chars eux-mêmes peuvent parfois paraître inertes alors qu’ils pourraient vous allumer sans difficulté…

Dans l’ensemble, l’IA est donc correcte et va vous poser de nombreux défis mais elle pourrait se montrer beaucoup plus agressive.

 

Dans T-34 vs Tiger vous pouvez subir et interagir sur tous les éléments.

Face à une montée votre char va perdre de la vitesse et en regagner en descente. Les forêts gênent votre déplacement et vous pouvez les traverser et à l’occasion abattre des arbres en les percutant. Attention cependant car vous pouvez à ce jeu faire caler votre moteur ou endommager vos chenilles. De plus, l’abondante végétation peut obstruer votre lunette de tir ce qui n’est pas le cas de votre ennemi qui vous attend dans la clairière et qui aura remarqué la chute des arbres. De votre côté vous pouvez en partie cacher votre Tigre derrière une maison pour surprendre l’adversaire.

Comme vous l’avez compris, tous les éléments présents sur les cartes du jeu sont destructibles. Vous pouvez reculer dans une isba et provoquer son effondrement (attention à votre char…) tirer un obus explosif dedans pour l’abattre et dévoiler le char ennemi qui se cache derrière ; en bref vous pouvez tout casser ! Un village pris d’assaut avec votre T-34/85 ressemblera au final à un espace en ruine couvert de carcasses fumantes.

 

Après les combats, les villages sont en ruines et jonchés d'épaves.

 

 

 

Graphisme et éléments sonores

 

Le graphisme est le point fort de T-34 vs Tiger : toutes les unités sont très finement modélisées avec une mention particulière pour les Tigre. Vous pourrez admirer leur aspect de vieux guerriers avec leur Zimmerite manquante par endroit, des impacts dans les protèges pots d’échappement ainsi que le dégagement de fumée des pots et la poussière consécutive à leur déplacement (avec traces de chenilles au sol). Mais toutes les autres unités sont aussi belles.

Les animations pyrotechniques sont aussi très réalistes avec des différences d’explosions et de flammes en fonction de l’obus utilisé, le recul du canon et la fumée ainsi que les conséquences de votre tir sur la cible visée. Vous pourrez ainsi voir un camion exploser et brûler, un char touché commencer à fumer ou au contraire voir sa tourelle instantanément voler en l’air sous une puissante explosion interne. Les épaves fumantes et carbonisées ajoutent au réalisme y compris la posture des soldats tués.

 

  

 La tourelle du Pz IV est projetée en l'air sous l'explosion alors qu'ici des épaves russes encore en feu obstruent la route.

 

Le milieu dans lequel vous évoluez est tout aussi bien réalisé : le relief est bien marqué, la végétation est abondante et diversifiée avec une mention toute particulière pour les arbres pour la qualité visuelle du feuillage et des troncs.

 

 

Avec une si belle végétation il ne manque que le chant des oiseaux !

       

Les villages construits en bois sombre sont du plus bel effet et pour ajouter au réalisme il ne manque que les animaux domestiques dans leur enclos !

 

Des villages superbes où il ne manque que les animaux...

 

Les conditions météorologiques peuvent influer sur votre visée par manque de luminosité (ciel couvert) ou brume matinale.

 

Même si les sons sont très limités, ils renforcent l’immersion. Il est évident que le son le plus entendu et omniprésent est le bruit du moteur et du passage des vitesses, mais vous apprécierez aussi le coup de départ de votre obus, le bruit de la douille tombant au sol ainsi que les communications radio en langue originale du plus bel effet. Exceptés les sons internes à votre véhicule, les autres sont peu présents…à cause du bruit de votre moteur ! Cependant vous entendrez le craquement d’un arbre que vous renversez et, son désagréable le bruit d’un obus qui explose à proximité. La montée de stress est garantie par le son d’un obus percutant votre char et la secousse qu’il provoque vous fera quitter la vue de votre lunette de tir sous le choc !

 

 

L’éditeur de mission

 

Surprise, il y en a un…et personne ne vous le disait ! Il n’en est fait nulle part mention, ni dans le manuel, ni dans un raccourci ajouté dans le menu de lancement du jeu : bref, nulle part ! Or il est bien installé dans le dossier répertoire du jeu et c’est de là qu’il devra être lancé.

Pour cette version du jeu l’éditeur est en anglais et, après quelques essais infructueux, visiblement assez difficile à prendre en main sans une bonne documentation. Il se rapproche en apparence de celui de « Théâtre of War » dans sa première mouture. On peut donc logiquement se demander ce qu’il fait là d’autant plus que la seule documentation existante est sur le net et se trouve être en… russe. Il faudra sans doute attendre l’arrivée d’un patch corrigeant les bugs multi joueurs pour avoir en même temps un fichier Pdf d’explication…

 

Inutile de préciser que cette situation ne fait pas très sérieux et semble montrer une mise sur le marché du jeu pour rentabiliser le produit. C’est dommage et il faut espérer que l’éditeur devienne fonctionnel car, au risque une fois de plus de me répéter, c’est par la création de mission par une communauté motivée de fans que des jeux perdurent, s’améliorent et continuent de se vendre ainsi que leurs add-on !

 

En conclusion

 

 

 

 

T-34 vs Tiger est un jeu bourré de qualités et pas seulement parce qu’il est le seul dans sa catégorie. Il est beau, réaliste, très facilement jouable, immersif au possible. Il vous procurera pour une somme relativement modeste, au regard du prix actuel des jeux vidéos, des moments de plaisirs intenses en attendant votre proie ou en avançant avec prudence à l’assaut de positions ennemies. Avec sa fonction multi joueurs il devrait faire naître des combats acharnés. C’est donc un bon jeu que tout amateur de combats de chars de la Seconde Guerre Mondiale se doit de posséder.

Cependant il n’est pas parfait car sa durée de vie solo est très courte. Une fois les douze missions terminées, sans un éditeur de carte et de missions digne de ce nom, le jeu risque fort de passer à la trappe. Il est cependant possible d’expliquer cette situation. Lors d’une interview des créateurs du soft par PC4war, T-34 vs Tiger était annoncé comme un « IL-2 Sturmovik » des combats blindés. Ce jeu devait être suivi de add-on complémentaires apportant de nouveaux fronts, de nouveaux véhicules, de nouveaux chars pilotables. Or depuis que l’équipe russe a trouvé un éditeur européen, il n’y a plus aucune communication à ce sujet, à se demander si T-34 vs Tiger ne restera pas un « one shot », très bon mais unique.

 

Il est évident qu’après avoir joué à T-34 vs Tiger on ne peut qu’espérer des compléments de même qualité pour l’étoffer. Quoi qu’il en soit, en attendant de très hypothétiques extensions, vous pourrez toujours jouer à Steel Fury : Karkhov 1942, du même éditeur, annoncé pour la fin de l’année. Ce jeu dans la même veine que T-34 vs Tiger sera sans doute un bon complément puisqu’il offre des chars différents à prendre en main.

 

Voir l'album dédié

C'est ICI.

 

Conclusion

T34 vs Tiger est pour l'instant un simulateur unique en son genre sur la seconde guerre mondiale.  Il mérite largement les 35 euros qu'il faudra débouser pour l'acquérir. Cependant, sans un efforts pour rendre l'éditeur de mission abordable le jeu restera limité à 12 missions.

Qualité

Défaut

Note de 39-45 Stratégie

Simulation réaliste offrant la conduite de deux chars mythiques dans des missions très  prenantes.

Jeu trop court ce qui est très frustrant au regard de sa qualité.

Note : 15/20

Intérêt : ****

Configuration requise

 

Windows XP / Vista, DirectX 9.0c, Processeur 3GHz, 2GB d'espace sur le disque dur, 1GB RAM (2GB pour Vista), 128MB nVidea GeForce 6600, ATI Radeon 9600 ou équivalent, DVD-ROM, Crate son (DirectX 9.0 compatible)