39-45 Stratégie > Jeux vidéo > R.U.S.E. > Preview du mode solo 

Preview de la campagne solo de R.U.S.E.

Par FFR.Tarask - Edition du : 02 September 2010 - Créé le : 30 August 2010

 
Alors que la sortie du jeu est toujours programmée pour le 9 septembre 2010, R.U.S.E. nous est déjà arrivé en version quasi-complète au sein de la rédaction 39-45 Stratégie. Même si les modes multijoueurs ne nous étaient pas accessibles, la campagne solo et les autres cartes du jeu se sont fait remarquer... et nous allons vous en parler !
 
 

 
 
Jeune Sheridan ira loin

 
Pour ceux qui n'ont pas encore découvert R.U.S.E. par sa récente démo, ou l'une des versions de bêta-test, il s'agit d'un jeu de stratégie en temps réel se déroulant - bien entendu - durant la Seconde Guerre Mondiale, en Europe (et à l'occasion en Afrique du Nord). Même si le cadre n'est pas des plus originaux, le jeu se veut novateur sur sa gestion de la bataille, et sur un plan de gestion de masse (et non pas de micro-gestion, comme c'était le cas dans des jeux comme Company of Heroes ou dans les derniers développements de Sudden Strike). Affichant une simplicité d'interface poussée, le jeu recèle une profondeur stratégique certaine. Nous vous invitons à lire notre précédente preview pour en savoir plus.
 

La campagne solo nous emmène sur les traces de Sheridan, petit sergent de l’US Army en Tunisie. C'est à lui que l'on confie une lourde tâche dans les sables d'Afrique : reprendre la passe de Kasserine. Au fur et à mesure de l'avancée de Sheridan dans les sables, nous suivrons sa montée en grade et ses diverses promotions au travers de cinématiques simples mais nombreuses apportant un scénario plutôt classique. La campagne nous emmènera donc en Italie dans les alentours du désormais célèbre Monte Cassino (ou Mont Cassin), sur la plage « Utah Beach », Cherbourg, Market Garden ou encore Bastogne.
 
 
 

"Chic, de nouveaux jouets !"

 
La jouabilité de chaque mission de la campagne suit un procédé simple : de nouvelles unités ou fonctionnalités (comme de nouvelles RUSEs) vous seront proposées au fil de votre avancée afin de vous familiariser avec chacune d'entre elle. Deux finalités à ceci, vous préparer pour les dernières missions de la campagne qui vous donneront du fil à retordre, et vous préparer aux affrontements en multijoueurs.
 


Avec le Stuart, on peut faire "Youhouh Rintintin !". Foncer quoi.

 
La campagne est donc une sorte de tutoriel géant qui pourrait bien surprendre certains joueurs novices, tout comme les vétérans tant certains challenges placeront vos aptitudes de commandant à rude épreuve.
 
Les missions s'effectuent sur un principe rendu célèbre par le jeu Supreme Commander : des champs de bataille de taille réduite qui s'élargissent avec le temps. Toutefois ceci s'effectue d’une manière quelque peu différente. En effet, vous avez, dès le départ, accès à l'intégralité du champ de bataille, mais des limites sont placées par les zones de ruse, afin de vous interdire de vous rendre là où les ordres de vos supérieurs vous l'interdisent. Ce n'est pas pour autant que ces champs de bataille sont vides, vous pourrez vous rendre compte que les forces armées de vos alliés se battent pour leur vie sur vos flancs ou au loin derrière les lignes ennemies.
 
 

Quelques défauts...

 
Avant de passer en revue les défauts présents dans cette campagne, parlons d’un point plutôt neutre qui sera positif pour les uns et complètement négatif pour certains puristes : la cohérence historique du titre. En effet, même si le scénario ne propose pas un nombre de rebondissements considérables, celui-ci nous fait traverser des missions célèbres pour nous conduire droit dans une fiction pure en fin de campagne. Vous en dire plus serait trahir le travail de l'équipe sur le jeu, mais je peux vous affirmer que le scénario prend suffisamment de liberté pour permettre de récompenser les joueurs en fin de campagne. Je n'en dis pas plus, il vous faudra faire vos dents sur le fauve pour voir cela en détail.
 
Sur le plan des reproches, nous compterons ce scénario alternatif, qui malgré un début de cohérence fort sympathique, part dans la fiction la plus totale. Mais en dehors de cela, reprochons au jeu la difficulté en dent de scie des missions de la campagne, vous proposant des missions d'une simplicité déconcertante (Monte Cassino) suivies d’une difficulté poussée et d’un besoin de réactivité soutenu sur les plages normandes. Les cinématiques sont nombreuses et apportent à la profondeur du jeu, mais les animations des personnages sont parfois très déshumanisées et feraient passer le général Sheridan pour un danseur professionnel de Brake Dance...
 
Mais finissons par un reproche très personnel, le mode Opération.
 
Le mode Opération propose des challenges en solo ou en coopératif contre un adversaire informatique solide et bien préparé. Le challenge est au rendez-vous, surtout que les forces disponibles ne sont pas au maximum. Défendez-vous contre deux adversaires avec seulement des blindés M3 Lee et quelques soldats. Mais pourquoi, oui pourquoi, seulement 6 cartes sont disponibles dont 4 en solo et 2 en multijoueurs ?
 
La réponse est simple en fouillant les menus du jeu : DLC. Du contenu téléchargeable et PAYANT est à prévoir. Gros point noir qui pourrait bien être un facteur déterminant de la part du jeu pour sa commercialisation. Espérons que les petits gars de chez Eugen respectent leurs dires et fournissent le contenu multijoueurs de façon gratuite, sous peine de sanction rapide de la communauté.
 
 
 

Que la ruse soit (quand même) avec toi !

 
Quoi qu'il en soit, la version qui nous a été proposée ne comportait qu'extrêmement peu de bogues (un seul, très léger, s'est manifesté, et encore). Un dernier petit mot quant aux cartes disponibles en multijoueurs, elles sont assez nombreuses et variées pour proposer une lutte acharnée sur internet. Au final, il y a des éléments positifs et négatifs. Il est difficile de savoir si R.U.S.E. rencontrera le succès qui lui est dû.
Sa campagne solo propose tout de même un défi conséquent, et le nombre de cartes multijoueurs couplé aux possibilités stratégiques du titre devraient lui conférer une rejouabilité soutenue. Une chose est sûre : l'expérience en solo de R.U.S.E. a de quoi tenir en haleine les dingues de bataille contre l'Intelligence Artificielle dans un jeu de stratégie !
 


Kasserine par Eugen Systems. Très beau.

 
 


Groupe 39-45 Stratégie sur Steam
 
Notre galerie d'images exhaustive
 
Notre preview générale
 
Télécharger la démo de RUSE
 
Nos guides stratégiques
 
Fiche de jeu RUSE
 
Notre interview vidéo de Matthieu Girard à la Gamescom
 
Notre interview exclusive des développeurs